Le bonheur est dans le trail

Auteur  
# 05/12/2014 à 14:21 arielle
Bonjour,
j'inaugure ma présence sur ce forum en partageant un article que j'ai écrit sur mon blog consacré à mon séjour sur l'île de La Réunion (les-godillots.blog4ever.com), où j'ai découvert le trail. Un vrai bonheur ! J'ai arrêté depuis mon retour en Métropole, mais il ne faudrait sans doute pas grand chose pour me faire reprendre la course !

La piste des géants
Les non initiés ne peuvent décidément pas comprendre.

Le trail. La course en montagne. Discipline extrême. Donc à ma mesure. Seul le trail me donne l'esprit de compétition, l'occasion de me mettre à l'épreuve, de repousser, encore, mes limites.

Tout a commencé le dernier week-end d'octobre 2005, sur le stade de La Redoute à St Denis de La Réunion. Des dizaines et des dizaines de coureurs franchissent la ligne d'arrivée au terme d'un combat titanesque contre 8000 m D+ en 140 km, et sont acclamés comme des héros qu'ils sont. Un tel spectacle a de quoi galvaniser les tempéraments un tant soit peu aventuriers...

Je me laisse, évidemment, prendre au jeu.

Le trail c'est l'Aventure, la découverte, l'exploration non pas de taches blanches sur une carte, mais de soi-même, de son corps et de son esprit. C'est se pousser, se faire mal, se dépasser, aller jusqu'au bout de soi-même. Jusqu'en enfer et au delà.

C'est aussi décupler sa rage de vaincre quand un raidillon vicieux coupe soudainement le souffle et les jambes. C'est s'accrocher à mettre encore un pied devant l'autre, au plus fort d'une pluie battante, à 2h00 du matin, embourbé dans le GRR2 qui monte au volcan. C'est dégringoler sur l'herbe tendre de la Plaine des Cafres, pester après le Côteau Maigre qui n'en finit plus, ou endurer une contracture terrible en descendant le Kerveguen. Et quand les nerfs craquent, se défouler copieusement (avant de lui demander pardon) sur l'ami fidèle venu vous attendre en pleine nuit à la sortie du Bras de Benjoin.

Oui, jusqu'au bout de soi-même, malgré la fatigue, en se gaussant du sommeil, et en ignorant les crampes. Au delà de l'enfer.

Et le bonheur, dans tout ça ?

Il est dans la fabuleuse victoire remportée sur soi-même, qui consiste à pouvoir dire "j'en suis capable"... "j'ai survécu" !

Le bonheur, il est dans l'attente fébrile du coup de feu au départ, ou dans chaque micro-pause ravitaillement. Il est dans ce regard furtif échangé sur la piste avec un inconnu qu'on ne reverra plus, dans le coude à coude où l'on s'arrache dans les quelques mètres avant l'arrivée, dans les encouragements d'une foule qui t'appelle par ton prénom au passage.

Le bonheur, c'est l'ambiance particulière propre à chaque compétition. C'est aussi tout simplement le plaisir simple et authentique de courir en pleine nature.

(article écrit en 2009)
Arielle
Accompagnatrice en Montagne (stagiaire)
Instructeur en Marche Nordique
http://equat-march.wix.com/equat-march
les-godillots.blog4ever.com
Répondre à ce message
Code incorrect ! Essayez à nouveau